Typographie inclusive - Blog Luciole

23 novembre 2020

CULTURE (TYPO)GRAPHIQUE

Quand la typo devient inclusive

P•a•s t•o•u•j•o•u•r•s f•a•c•i•l•e d•e l•i•r•e e•n é•c•r•i•t•u•r•e i•n•c•l•u•s•i•v•e…
Et si la typographie était la solution ?

Créé par la Croix Rouge genevoise et la Haute école d’art et de design, le Prix Art et Humanité, récompense chaque année un projet qui allie « élan artistique et engagement humanitaire ». Cette sixième édition a mis en lumière le projet de Tristan Bartolini à propos de l’écriture inclusive qui apporte une nouvelle lecture de l’alphabet.

Typographie inclusive - Blog Luciole

La genèse du projet

Interrogé par la Tribune de Genève, l’étudiant en communication visuelle a déclaré qu’« il y avait beaucoup de débats autour de l’écriture épicène. Elle devenait de plus en plus fréquente dans les documents administratifs, les publicités. Je me suis dit que ce n’était pas qu’une affaire de linguistes, que l’on pouvait amener des solutions graphiques. »

Tristan Bartolini a ainsi créé plus de 40 caractères « non genrés », qui permettent de se passer du fameux point, dit point médian. Dans l’écriture inclusive, ce point permet de lier la terminaison masculine et féminine. Chacun des signes typographiques conçu par l’étudiant mêle ingénieusement toutes les terminaisons variables de la langue française. Pour le mot « inclusive » justement et son masculin « inclusif », Tristan a imaginé un signe qui mêle le « ve » et le « f ».

Autre exemple : le « e » et le « a » de « le » et « la » se combinent pour ne former qu’un. Le « p » et le « m » de « père » et « mère » devient alors un subtil mélange pour que tous s’y retrouvent.

Typographie inclusive - Blog Luciole
Typographie inclusive - Blog Luciole

Le jeune graphiste s’est inspiré de notre « e dans l’o » pour combiner des lettres et créer de nouveaux caractères avec des traits et des ligatures qui apparaissent pour élargir les possibilités de genre de notre langue sous un angle assez expérimental. Car il est assez peu probable qu’une telle typographie fasse une brusque apparition sur nos claviers azerty…

Au-delà de la recherche d’une facilité de lecture et d’écriture, l’esthétique s’impose avec ce nouvel alphabet, quand l’argument premier des détracteurs de l’écriture épicène est justement son illisibilité et que les puristes de la langue française pointent aussi du doigt « le contresens linguistique sur lequel repose l’entreprise de féminisation systématique. »

Typographie inclusive - Blog Luciole

Vers une écriture plus égalitaire ?

L’étudiant a pensé cette écriture comme un moyen de communication pouvant être support d’un message. La remise en question du genre ? Grammaticalement parlant, la langue française est loin d’être égalitaire car statistiquement, le masculin l’emporte sur le féminin.

Et comme le souligne le site Beweird, « pour les personnes qui pourraient s’offusquer qu’une telle graphie dénature visuellement l’orthographe, souvenez-vous qu’en français les arrangements typographiques existent déjà, à l’image du œ. »

Typographie inclusive - Blog Luciole
Cette écriture plus égalitaire sera-t-elle l’avenir de la graphie française ? Jusqu’en 2020, dans notre langue, l’évolution se faisait surtout par l’entrée dans le dictionnaire d’anglicismes ou autres spécificités de la langue orale régionale. Avec cette question de la graphie, Tristan Bartolini ne touche plus seulement au fond mais à la forme. L’écriture inclusive prend ici tout son sens.
Sources :
Étapes
Avec L’inclusif-ve, Tristan Bartolini remporte le prix Art Humanité, 2020
Beweird
Enfin un alphabet inclusif : le projet de Tristan Bartolini, 2020

Dans la même famille