Digital
Éditorial
Identité visuelle

L’Aurore

Plaquette institutionnelle
Identité visuelle
Logotype

« L’Aurore, vient du journal dirigé par Clemenceau, mais surtout du besoin de travailler sur le fond et doter le débat public, loin de l’émotion et du spectacle » Jean Glavany, président de L’Aurore.

Lancé en 2018, L’Aurore est un tout jeune think tank, républicain et progressiste. Indépendant, il n’est affilié à aucun parti, aucune personnalité, ni aucun organisme public ou privé. Son seul agenda est de nourrir le débat d’idées. Pour redonner souffle et ambition au modèle républicain.

UNE COMMUNICATION

Nous nous sommes investis avec beaucoup d’intérêt dans cette mission assez particulière car il s’agissait de créer une identité visuelle qui puisse bien sûr répondre à la demande et porter l’ambition de ce projet, mais avec cette idée de ne trop en faire, fidèles que nous sommes au fameux « Less is more » de Mies van der Rohe. Mais suffisamment pour susciter l’intérêt des lecteurs et futurs visiteurs du site, sans jamais que le graphisme ne prenne le dessus sur le message. Nous souhaitions, en substance, que le fond domine la forme afin que les mots soient plus forts que l’image que l’on peut leur adjoindre !

Identité visuelle
Typographie

Une communication exclusivement « textuelle »

Mais comment illustrer ces idées et ces textes parfois longs, sans tomber — comme d’autres think tank — dans la quête d’images à la symbolique et au sens discutable, tant les sujets sont pointus, dans des banques iconographiques, souvent américaines ? On connait la force de l’image, et c’est d’ailleurs bien tout le problème quand l’ambition de L’Aurore est de diffuser « des mots » réfléchis et bien ordonnés.

Assez rapidement l’idée s’est imposée que les mots pouvaient devenir « image(s) » pour apporter, par le travail typographique des titres et des textes, l’essentiel de ce vocabulaire composé exclusivement de lettres.

Point d’image ni d’illustration : les « gris typographiques » jouent avec les blancs pour créer un univers singulier, reposant pour l’œil qui peut ainsi se focaliser sur le fond. Un juste retour aux fondamentaux, quand la presse quotidienne ne jouait justement qu’avec les lettres de plomb pour monter ses « Unes », à l’image du célèbre « J’accuse » d’Émile Zola à la Une de L’Aurore, un 13 janvier 1898 dans ce journal créé par Georges Clemenceau et dont le jeune think tank assume totalement la référence.

Porter haut les messages

Outre un site internet destiné à devenir une bibliothèque d’idées, de réflexions et de contributions, et les quelques images sur les réseaux sociaux, Luciole a imaginé une plaquette de présentation au format poche, imprimée sur une antique presse Letterpress de chez Heildelberg afin que les caractères — exclusivement noirs — marquent la matière de leur empreinte, comme nous souhaitons à L’Aurore de marquer les esprits de ses mots !

Site internet